21/09/2009

Moi j'aime pas partir en vacances à la place "passager"

Vous avez vu comme je suis tendance? Je me lance dans le style 'feuilleton télévisé'. Mais on ne dit plus ça maintenant, on dit 'série'. Voici donc le second épisode de la série de la rentrée: "Moi, j'aime pas partir en vacances".

Voilà, tout est prêt. La familiale est bourrée jusqu'à la gueule (j'adore ce blog, comme mes filles ne lisent pas encore, je peux dire des gros mots sans me faire gronder ;o))) J'ai fait au moins 3 fois un récapitulatif complet de la check list de départ... Nous pouvons partir.

Evidemment, l'Homme prend le volant... Je sais pas pourquoi mais la libération de la femme lui a peut-être donné droit à avoir un emploi, le droit de vote, à paraître sur les listes électorales, mais le volant quand Môssieur est là, cela reste toujours une bataille. Et vous savez pourquoi? Parce que les hommes savent d'instinct que c'est un calvaire d'être à la place passager...

La place du mort mérite vraiment bien son nom! Non pas parce que ma vie est en danger, mais parce que lorsque nous serons arrivés, je serai littéralement morte!

Ca commence dès le premier virage... "Mamaaaaaaan! C'est quand qu'on arrive?" On vient de partir ma chérie, nous avons 8 heures de route, nous allons rouler jusqu'au soir... "Aaaaaah"

Tout le trajet est un long calvaire... Entre un mouchoir pour l'une, un bonbon pour l'autre, les chansons, les histoires, les biscuits (sans faire de miettes dans la voiture de papa), les péages (ou, bien entendu, c'est moi qui doit retrouver le ticket, la carte visa,...). Et je ne dois pas oublier le pipi qui presse... Longue négociation avec l'homme qui ne comptait pas s'arrêter ce moment-là, ma fille qui devient de plus en plus verte et la catastrophe qui devient de plus en plus imminente...

Et ça c'est sans vomi! Car lorsqu'il y a en plus régurgitation malencontreuse et ô combien odorante dans la voiture, ce n'est plus un calvaire, cela devient carrément un chemin de croix!

Oh non, la prochaine fois, je serai dès potron minet au volant de la voiture, vissée sur le siège conducteur, et il n'est pas encore né celui qui m'en délogera!

09:37 Écrit par Maman D dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Cette année, on avait 600 bornes jusqu'à notre destination finale... on l'a fait en deux jours!! Emile, 1 an, qui râlait ( hurlait) dès qu'il avait fini sa sieste et il dormait environ 01h30 matin, idem l'aprèm... Pas le courage de supporter se cris pendant des heures! Donc 300 bornes par jour, à l'aise-blaise!

Écrit par : Magaly | 21/09/2009

commentaires Bonjour,
Je vous découvre ce soir, et c'est un régal !
Merci grace à vos propos, je ne me sens plus comme une extra terrestre speed et stressée mais bien comme "une maman débordée", quoi au final de plus normal.
Merci ca fait du bien et continuez !!!

Écrit par : Procureur | 25/09/2009

Les commentaires sont fermés.